De rerum natura

 

La dimension temporelle est aussi le sujet de l’installation video De Rerum Natura dont le titre est emprunté à l’ouvrage de Lucrèce. S’appuyant sur la théorie corpusculaire du philosophe romain, Christl Lidl crée des images à partir de points lumineux qui surgissent peu à peu, par addition d’unités destinées à se coaguler dans la forme d’un être vivant, un court laps de temps. Des animaux apparaissent puis s’évanouissent ; chaque animal et son image avec lui, se dissout et le noir advient sur l’écran. La composition électroacoustique (André Serre-Milan) de la bande sonore évoque les formes latentes, invisibles à l’image.

E.F

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s